De la prise en charge à la (re)prise du pouvoir ?

La participation sportive comme révélateur des dynamiques de transformation de l’Association des Paralysés de France.

 

La soutenance aura lieu le vendredi 24 novembre 2017 à l’UFR STAPS de Montpellier, à 13H30, Amphi A, 700 avenue du Pic Saint-Loup, 34 090 MONTPELLIER.

 

Le jury est composé de :

  • Michel CHAUVIÈRE, Directeur de recherche émérite, CNRS-Cersa, Université Paris-II, Rapporteur
  • William GASPARINI, Professeur des Universités, Université de Strasbourg, Examinateur
  • Nathalie LE ROUX, Maîtresse de Conférences, Université de Montpellier, Co-directrice
  • Anne MARCELLINI, Professeure, Université de Lausanne, Directrice
  • Claire PERRIN, Maîtresse de Conférences, Université Lyon 1, Rapportrice

 

Résumé de la thèse :

L’Association des Paralysés de France (APF), fondée en 1933, se présente à la fois comme organisation gestionnaire d’établissements et de services médicosociaux, et comme organisation représentative de « personnes en situation de handicap ». Oscillant entre « auto-organisation » et « organisation pour autrui » (Laville & Sainsaulieu, 2013), l’APF cherche à développer un « modèle participatif » (Ebersold, 2002) en impliquant ses adhérents et usagers dans les décisions individuelles et collectives.
C’est dans ce contexte que la direction nationale de l’APF a pris la décision en 2013 de recruter un doctorant en convention industrielle de formation par la recherche (CIFRE) pour travailler spécifiquement sur l’organisation des activités physiques et sportives (APS). Pourtant, la demande sportive étant rarement formulée par les adhérents et usagers, il s’avère difficile d’envisager l’organisation des APS dans une forme de co-construction. La question centrale de cette recherche est alors de mieux comprendre la place donnée ou prise par les adhérents et usagers de l’APF dans les décisions concernant l’organisation des APS.
À travers une observation participante au siège national, une immersion prolongée dans 10 « structures APF », 49 entretiens qualitatifs (23 salariés ou bénévoles, 26 adhérents ou usagers) et une recherche documentaire, nous avons adopté une démarche compréhensive visant à appréhender les représentations et croyances des différents acteurs, ainsi que leurs interactions.
La participation sportive apparaît au final comme un révélateur des difficultés, pour les salariés et bénévoles de l’association comme pour ses adhérents et usagers, à passer d’un modèle de prise en charge à un modèle (re)donnant le pouvoir aux personnes ayant des incapacités (Oliver, 1987, Morris, 1997, 2001).

 

Mots-clefs :

Association des Paralysés de France, activités physiques et sportives, participation aux décisions, autonomie, empowerment, engagement.